équipe

Magali Tosato - Mise en scène

Magali Tosato écrit et met en scène des œuvres dramatiques, des projets documentaires et du théâtre d’objets, principalement avec la compagnie mikro-kit, qu’elle a cofondée. Elle est née à Lausanne (CH) et s’est formée à la mise en scène à la haute école de théâtre “Ernst Busch” de Berlin.

Elle a été sélectionnée pour plusieurs séminaires prestigieux, dont le Séminaire en Avignon Pro Helvetia (2016), le Séminaire des Jeunes Artistes du Théâtre de Vidy (2016) et le Watch & Talk du Festival Belluard Bollwerk International (2018). En 2014, son projet « Il y a quelqu’un » remporte le premier prix du festival international francophone des arts vivants Passe-Portes à l’Île Maurice. En 2015 elle obtient la Bourse de compagnonnage théâtral de la Ville de Lausanne et du Canton de Vaud. En 2017, elle est lauréate du Fonds de dotation Porosus pour la relève artistique.

Pour « Nachlass, pièces sans personne » de Stefan Kaegi / Rimini Protokoll (Théâtre de Vidy-Lausanne, 2016/17), elle assume le travail de recherche ainsi que la coordination et l’édition du catalogue du spectacle. En tant que dramaturge et assistante à la mise en scène, elle collabore avec diverses compagnies, dont la Cie Full Petal Machine, la Cie Un Air de Rien, la Cie Pasquier-Rossier, la Cie Gianni Schneider, la Cie Champs d’Action, la Cie Théâtre en Flammes ainsi que Stefan Kaegi / Rimini Protokoll.

Indépendamment de mikro-kit elle met en scène notamment « L’Éveil du Printemps » au Théâtre national de la Sarre (2019). Elle anime des ateliers de théâtre et d’écriture créative, principalement autour des thèmes de la migration et de la lutte contre les discriminations, entre autres au Théâtre de Vidy-Lausanne en collaboration avec l’Établissement vaudois d’Accueil des Migrants (2016) et au Théâtre Benno Besson en collaboration avec la ville d’Yverdon (2020). Elle fait également partie du collectif d’autrices WRITING WITH CARE / WRITING WITH RAGE.

Poursuivant une démarche d’empowerment, elle s’intéresse spécialement aux processus d’émancipation individuels et collectifs, et à des sujets politiques, tels que les luttes contre la discrimination raciale et sexiste dans des sociétés patriarcales et postcoloniales. En contre-point aux questions dérangeantes auxquelles ses spectacles confrontent régulièrement le public, elle cherche à déployer des univers poétiques portés par un jeu d’acteur simple et immédiat.

Ses projets se fondent sur travail de recherche approfondi et sur la récolte de témoignages (auto)biographiques. Ils allient récits, documents d’archives, projections et littérature, visant une perspective à la fois personnelle et polyphonique sur un sujet de société. Dans la veine de la micro-histoire, une réflexion critique sur des macros phénomènes complexes se dégage de petites expériences singulières.

Portraits Presse: Quotidien “Le Temps”, 28.10.2018 (Marie-Pierre Genecand), Quotidien “La Liberté”, 18.02.2017 (Elisabeth Haas) et Quotidien “24heures”, 14.09.2015 (Gérald Cordonnier).

Portrait Audio: Radio Télévision suisse romande “La tête à l’envers”, 26.09.2015 (Laurence Froidevaux & Marlène Métrailler).

Lydia Dimitrow - Dramaturgie

Lydia Dimitrow est autrice, dramaturge et traductrice littéraire. Elle a étudié la littérature générale et comparée, la philologie française et la littérature allemande contemporaine à la Freie Universität Berlin et à l’Université de Lausanne. Elle traduit du français et de l’anglais de la prose et des textes dramatiques.

En 2012, elle est sélectionnée pour le programme “Young Translators Partnership” de ProHelvetia. En 2015, elle est boursière du programme “Georges Arthur Goldschmidt” pour jeunes traducteurs littéraires. Un an plus tard, elle obtient une bourse de l’atelier d’auteurs de prose du Literarischer Colloquium Berlin. Elle bénéficie par la suite à deux reprises du soutien du “Deutscher Übersetzerfonds” (2016, 2020). Outre des romans – d’Isabelle Flükiger, Bruno Pellegrino, Joseph Incardona et Pascal Janovjak notamment – elle traduit des pièces pour les éditions théâtrales Rowohlt, le Festival Primeurs (festival de théâtre francophone contemporain) et l’anthologie “Scène - New French Theatre Pieces” (éditée par Leyla-Claire Rabih et Frank Weigand). Elle assume à côté de cela la modération de diverses manifestations dans le domaine de la culture et de l’éducation, tels la remise du Prix du théâtre allemand pour enfants et celle du Prix du théâtre allemand de jeunesse (2016, 2018 et 2020). Elle a par ailleurs été entre 2008 et 2015 membre de l’équipe éditoriale du journal du festival au Theatertreffen der Jugend (Berliner Festspiele).

Elle travaille depuis 2011 avec Magali Tosato et Franziska Keune en tant qu’autrice et dramaturge (2013: “La Mission” de Heiner Müller, bat-Studiotheater Berlin / 2014: “I love Italy and Italy loves me”, bat-Studiotheater Berlin / 2015: “Hamlet dans les écoles” et “Home-Made”, Théâtre de Vidy-Lausanne / 2017: “Amour / Luxe”, Théâtre de Vidy-Lausanne / 2018: “Qui a peur d’Hamlet ?”, Théâtre Benno Besson Yverdon-les-Bains / 2019: “Mettlach”, Théâtre national de la Sarre, et “Wilde wilde Wesen”, Schaubude Berlin / 2020: “Profil”, Théâtre de Vidy-Lausanne).

Pour plus d’informations : www.lydia-dimitrow.de

Franziska Keune - Scénographie

Franziska Keune, née à Potsdam, suit une formation de scénographe et de costumière à l’Universität der Künste (UdK) à Berlin. Pendant et suite à ses études elle travaille comme scénographe et costumière dans divers théâtres ainsi que pour des compagnies indépendantes.

Après l’obtention du baccalauréat, elle effectue des assistanats au Deutsches Theater à Berlin, à la Volksbühne à Berlin et au Hans-Otto-Theater à Potsdam. Elle obtient son diplôme avec mention en 2012 avec l’opéra “Calisto” (m.e.s: Matthias Schönfeldt). Au cours de ses études, elle réalise notamment la scénographie et les costumes pour “Two Pieces + 2 - Preparation” (chorégraphie: Anna Melnikova) au Monaco Dance Forum et pour l’un des opéras du musée de cire de K.A. Hartmann (Komische Oper Berlin / UNI-T Théâtre). Elle réalise en outre les décors de divers projets de la Deutsche Film und Fernsehakademie Berlin ainsi que de la Hochschule für Film und Fernsehn de Potsdam, entre autres pour le court-métrage ARTE “Dunkelblau”. D’autres travaux suivent au Théâtre Pathos de Munich avec la metteuse en scène Philine Velhagen et, en 2011, avec Bülent Kullukcu pour “Carpma - Der Aufprall” présenté au Spielart Festival Munich. En 2012, elle reçoit le prix du théâtre berlinois Ikarus.

Au Theaterhaus Jena, elle travaille avec la metteure en scène Kerstin Lehnhart pour “80 über Nacht” (2013), “Der kleine Wassermann” (2013), “Heute wird gestorben” (2014), “Das Projekt Woyzeck” (2016), “Fremde.Heimat” (2017), “Vom Engel ins Gesicht gespuckt” (2018) et “Ein Schaf fürs Leben” (2019). Dans ce cadre là elle travaille régulièrement avec des comédiennes amatrices et des comédiens amateurs (principalement des enfants, des seniors, tout comme des jeunes adultes avec ou sans parcours migratoire). Elle est cofondatrice avec Mirella Oestreicher du collectif “Autobahntheater”, avec lequel elle met sur pied la “KonferenzRückwachsDeutschland” à la Haute école d’art de Dresde (2015). Elle a par ailleurs noué une collaboration avec Kay Dietrich, avec qui elle réalise notamment: “Des Kaisers neue Kleider” (Atze Musiktheater Berlin, 2019), “Eine kleine Machtmusik” (ufa fabrik Berlin, 2017) et “Die drei Räuber” (Atze Musiktheater Berlin, 2015) ainsi qu’avec Magali Tosato pour la “La Mission” de Heiner Müller (bat Berlin, 2013), “I love Italy and Italy love me”(bat Berlin, 2014), “Hamlet dans les écoles” (Théâtre de Vidy Lausanne, 2015), “Home-Made “(Théâtre de Vidy Lausanne, 2015),”Amour / Luxe” ( Théâtre de Vidy Lausanne, 2017), “Qui a peur d’Hamlet?” (Théâtre Benno Besson Yverdon-les-Bains, 2018), “Mettlach” (Théâtre national de la Sarre, 2019) et “Profil” (Théâtre de Vidy Lausanne, 2020).

Pour plus d’informations : www.franziskakeune.de